[KENYA-JICA] Projet de developpement d’arbres tolerants a la secheresse pour l’adaptation au changement climatique dans les terres arides du Kenya

#Reproduction d’arbres, #Analyse ADN #Espèces Indigènes

Project Summary

✔ POINT CLÉ

Mise en place d’un système de reproduction d’espèces d’arbres tolérants à la sécheresse par le biais de l’analyse ADN

Lorsque vous plantez des arbres, il est très important de choisir des espèces d’arbres adaptées à l’environnement. Vous devriez être prudents pour vous assurer que le choix des espèces est approprié pour les conditions environnementales locales. En général, les espèces d’arbres indigènes dans la zone de reboisement vont probablement s’adapter à la terre. Par ailleurs, même pour les espèces d’arbres, les plants avec plus de potentiel de croissance ont tendance à grandir plus, maximisant l’avantage de leur reboisement.

Afin de mettre en place un système de production d’excellents plants d’espèces d’arbres indigènes, l’Institut de Recherches Forestières du Kenya (KEFRI) et l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) ont mis en œuvre le “PROJET DE DEVELOPPEMENT D’ARBRES TOLERANTS A LA SECHERESSE POUR L’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES TERRES ARIDES DU KENYA (2012-2017)”. Le but de ce projet est de développer des espèces d’arbres indigènes tolérants à la sécheresse, Malia volkensii et Acacia tortilis en particulier, pour contribuer à la promotion du reboisement productif pour diverses utilisations.

Détails du Projet

1. Informations de base

Au Kenya, les terres arides et semi-arides (TASA) représentent 80% de la superficie du pays et les forêts n’occupent que 7%. Récemment, l’immigration des producteurs vers d’autres zones dans les TASA accélère la dégradation des ressources forestières et des sols, affectant les moyens de subsistance de la population qui sont fortement dépendants de ces ressources naturelles. Par ailleurs, le Kenya est considéré comme l’un des pays les plus affectés par le changement climatique et le développement commercial d’espèces d’arbres qui peuvent s’adapter au changement d’environnement est nécessaire pour empêcher plus de déforestation et de dégradation des sols.
Dans les TASA du Kenya, deux espèces indigènes le Melia volkensii et l’Acacia tortilis sont considérées comme les arbres plus importants, parce qu’ils poussent rapidement et peuvent être utilisés pour de multiples usages.

2. Importance du Melia volkensii et de l’Acacia tortilis dans les TASA

Le Melia volkensii, localement appelé Mukau, est une espèce d’arbres indigènes à usage multiple endémiques dans les TASA du Kenya. Les gens disent “Mukau ni pesa” (le Mukau c’est de l’argent) parce que cet arbre a du très bon bois dur qui peut se vendre à un prix fort. Le Melia volkensii est aussi tolérant à la sécheresse et aux termites, ce qui le rend idéal pour le climat aride, là où les autres espèces d’arbres s’adaptent mal. Cependant, sa capacité pour la germination des semences naturelles est faible, de ce fait la population d’arbres matures est moindre, malgré l’adaptabilité des espèces aux terres arides. C’est pour cette raison que les scientifiques du KEFRI ont entrepris des recherches pour trouver des moyens plus aisés permettant aux producteurs de propager ses plants en grandes quantités. Cette recherche se poursuit depuis les années 1990 et les scientifiques ont maintenant réalisé une percée.

Une autre espèce indigène, l’Acacia tortilis, est aussi un arbre important dans les TASA. Il peut tolérer une forte salinité et l’exploitation saisonnière et s’adapte à des zones plus sèches et plus sévères où même le Melia volkensii ne peut survivre. Il donne du bon fourrage et des matières premières pour du charbon de bois. Aussi, ses brindilles, branches et trônes sont utilisés comme matériaux de clôture

3. Reproduction d’arbres à partir du résultat de l’analyse ADN

Dans le cadre du projet, l’assistance technique sur l’analyse génétique avancée a été fournie par le Japon pour développer le système de reproduction du Melia volkensii et de l’Acacia tortilis. Après la sélection des arbres plus (arbres supérieurs) des zones de distribution de ces espèces d’arbres au Kenya, une analyse ADN a été faite pour voir si elles sont supérieures aux autres arbres ou pas, parce que la croissance de l’arbre est affectée non seulement par les facteurs environnementaux mais aussi par des facteurs génétiques.
Du fait des activités du projet, deux vergers de clonage des semences de Melia volkensii à Kitui et Kibwezi ont été créées. Depuis, la production de semences a commencé et 4 900 kg de fruits ont été produits en 2016.

 

Pour plus d’informations, veuillez consulter les manuels/rapports

Les manuels techniques utilisés pour la formation sont disponibles sur les liens ci-dessous. Il pourrait s’appliquer à d’autres pays en zones arides/semi-arides!

(1) Manuels

・[ENG]  Guideline on Production, Distribution and Use of Improved Melia Seed and Seedlings in Drylands of Kenya

・[FR] Lignes directrices sur la production, la distribution et l’utilisation de Amélioration de semences et des plants Melia dans les zones arides du Kenya

・[ENG] Guidelines to On-Farm Melia volkensii Growing in the Dryland Areas of Kenya (from CADEP-SFM project)

・[FR] Lignes directrices à la croissance Melia volkensii dans les zones arides du Kenya

 

※ REMARQUE:
Le manuel original est fourni en anglais. Le manuel en anglais a été créé pour des raisons de commodité en utilisant Google Translate, un service tiers que le secrétariat d’AI-CD n’a aucun contrôle. Le secrétariat d’AI-CD ne garantit pas l’exactitude ou la fiabilité de toute information traduite par ce système et n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes subies en conséquence. Si vous avez des questions sur l’exactitude des informations contenues dans le manuel traduit, veuillez consulter le manuel d’origine.

(2)  Rapports

・[ENG] PROJECT ON DEVELOPMENT OF DROUGHT-TOLERANT TREES FOR ADAPTATION TO CLIMATE CHANGE IN DRYLANDS OF KENYA, Completion Report 1/4, 2/4, 3/4, 4/4

 

Écrit par Ayaha Mochizuki,

Equipe de soutien du secrétariat de l’AI-CD